Non, ce n'est pas un chat...
Juil 17, 2015

Et si vous faisiez travailler vos clients pour être compétitif ?

Rédigé par Alexandre Amigouët
dans la catégorie Blog, Stratégie de Croissance

C’est la stratégie d’entreprise du projet intitulé La Louve à Paris. Ils souhaitent faire travailler leurs clients dans l’objectif de leur permettre d’acquérir des produits à moindre coût. Seriez-vous prêt à faire travailler vos clients également ?

L’idée est amusante et dans l’air du temps puisqu’il est question de faire une épicerie favorisant le bio et les circuits courts. La promesse est donc que pour bien manger à moindre coût, le client doit donner une partie de son temps tous les mois. Ils ont calculé qu’il fallait que chaque client donne 3h de travail par mois pour que le projet soit viable. Ce projet existe déjà à Brooklyn, ils souhaitent le développer dans le 18ème arrondissement de Paris.

L’espoir est donc de réduire de 75% les charges liées au personnel. Dans une entreprise, la main d’oeuvre a un coût qui peut être assommant pour de nombreuses entreprises. Les salaires, les charges salariales et les charges patronales sont des dépenses qui alourdissent le coût des produits.

L’idée est donc simple. On supprime cette charge.

Pour le moment, ils vont vers un système coopératif mais cela ressemble plus à une association. D’un point de vue juridique, le risque est tout de même de voir intervenir l’URSSAF pour travail dissimulé. L’actualité a illustré que des clients qui ont ramené leurs verres dans un bar, en Bretagne, ont été sanctionné.

La solution qui pourrait convenir est apporté par Xavier Masson, avocat associé du département droit des sociétés du cabinet Fidal sur BFM Business. Le concept pourrait fonctionner si chaque client est également associé de la société. La contrepartie de la qualité d’associé serait de pouvoir avoir des produits soit en exclusivité, soit à moindre coût, soit les deux contre une participation de 3h de travail par mois.

Cette stratégie a pour avantage de supprimer les charges liées à la main d’oeuvre mais comporte des risques juridiques importants. L’incertitude juridique n’est pas un problème pour convaincre les gens d’y participer puisqu’ils ont réussi à réunir des fonds auprès de la Fondation Macif et des clients.

Alexandre Amigouet

Leave a comment

J’accepte les conditions et la politique de confidentialité

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.